Why were the essays written by Poleni not translated yet ? Thoughts about translation’s historical methods of scientific Latin texts.

Giovanni_poleniA translation is based upon two concepts : heritage or tradition and break. In order to answer to this question : why were the essays written by Poleni not translated yet ?, I decided to examine how and why translate ad verbum  (word to word) through a few examples like :  Aristotle, Newton, Cicero, Sacro Bosco, Linné or Poleni himself. The translation ad verbum creates a new science’s vocabulary and the language of the scientists who wrote in Latin, is a mix between Greek, Latin or contemporary words. So I purpose, with Charles Batteux, some principles to translate a scientific text. And I link up this translation word to word and the quarrel between the Ancient and the Moderns (“On the shoulders of giants…” XVIIth century). Lire la suite

L’exploration linguistique, épistémologique, didactique et numérique des textes patrimoniaux scientifiques du Service Historique de la Défense à Brest : un exemple de médiation culturelle au lycée.

tampon marine« Un bien public à transmettre aux générations futures ». C’est ainsi qu’Antoine Berman définit l’utilité de la traduction[1]. La traduction peut ainsi se concevoir comme une opération tant diachronique que synchronique. Elle représente le miroir, les «  verres colorés » selon la belle expression de Georges Mounin[2] reliant aussi bien le passé au présent que le présent à lui-même quand il s’agit de traductions contemporaines. Cette « translatio studii » (traduction ou transfert du savoir) relève donc d’une véritable médiation non seulement culturelle mais aussi didactique. Lire la suite

Pourquoi les traités de Poleni n’ont-ils jamais été traduits en français ? Traductologie historique des textes scientifiques latins

Le mot traduire se rend par le verbe grec « hermeneuein » qu473px-Library_of_Congress,_Rosenwald_4,_Bl._5ri signifie interpréter et les verbes latins vertere, convertere, transferre impliquant l’idée de version/conversion ou de transfert. Cette polysémie gréco-latine ne laisse pas de renvoyer à la problématique dichotomique de la traduction soit littérale soit littéraire. Cette double acception est inhérente à l’enjeu même de la traduction oscillant entre la langue source et la langue cible en d’autres termes : pourquoi traduire ?  Pour qui traduire ? La traduction du latin au français doit-elle se bâtir sur un héritage ou sur une rupture ? Cette problématique participe plus sensiblement de la traduction d’un texte scientifique écrit en latin qui, à lui seul, avant même d’être traduit, peut déjà proposer une démonstration rompant avec la tradition épistémologique. Ainsi, les textes du marquis Giovanni Poleni sont-ils remplis de mots inventés ou inspirés du grec (hapax ou néologismes) afin de décrire des réalités ou systèmes techniques encore inédits au XVIIIe. A travers cette réflexion tant linguistique qu’historique sur la traduction de textes scientifiques latins, nous tenterons de répondre à cette question Lire la suite