Traduction de l’essai de Giovanni Poleni « De Ergatae Navalis praestabiliore, facilioreque usu », Dissertatio, 1741.

Traduction de l’essai latin de Poleni sur l’amélioration du Cabestan, lauréat de l’Académie Royale des Sciences.

Pourquoi les traités de Poleni n’ont-ils jamais été traduits en français ? Traductologie historique des textes scientifiques latins

Le mot traduire se rend par le verbe grec « hermeneuein » qu473px-Library_of_Congress,_Rosenwald_4,_Bl._5ri signifie interpréter et les verbes latins vertere, convertere, transferre impliquant l’idée de version/conversion ou de transfert. Cette polysémie gréco-latine ne laisse pas de renvoyer à la problématique dichotomique de la traduction soit littérale soit littéraire. Cette double acception est inhérente à l’enjeu même de la traduction oscillant entre la langue source et la langue cible en d’autres termes : pourquoi traduire ?  Pour qui traduire ? La traduction du latin au français doit-elle se bâtir sur un héritage ou sur une rupture ? Cette problématique participe plus sensiblement de la traduction d’un texte scientifique écrit en latin qui, à lui seul, avant même d’être traduit, peut déjà proposer une démonstration rompant avec la tradition épistémologique. Ainsi, les textes du marquis Giovanni Poleni sont-ils remplis de mots inventés ou inspirés du grec (hapax ou néologismes) afin de décrire des réalités ou systèmes techniques encore inédits au XVIIIe. A travers cette réflexion tant linguistique qu’historique sur la traduction de textes scientifiques latins, nous tenterons de répondre à cette question Lire la suite