W Kemadjou, médaille d’or aux Olympiades des métiers

w-kemdjou

Williams Kemadjou, élève de CAP Serrurerie Métallerie au lycée Vauban – Brest, a réalisé la reconstitution de la machine à vent de Poleni. Encouragé par son professeur Laurent Martin, il a remporté la médaille d’or aux Olympiades des Métiers. Bravo à lui !

Article du Télégramme :

http://www.letelegramme.fr/finistere/bourg-blanc/sans-papiers-le-medaille-d-or-de-bretagne-regularise-25-11-2016-11306604.php

 

Reconstitution de la machine pour mesurer la force du vent de Poleni par les élèves de CAP Chaudronnerie industrielle du lycée Vauban de Brest

P1060280P1060281
Les élèves de CAP de Serrurier métallier du lycée Vauban sont en train de réaliser une machine destinée à mesurer la force du vent et inventée par le savant vénitien, Giovanni Poleni (1681-1763).

https://vimeo.com/154299810

Lire la suite

Fête de la Science 2015 au Quartz

P1060169Notre entreprise de reconstitution a attiré beaucoup d’amateurs de la maternelle à l’université… Les essais de maniement du cabestan (reconstitué par les BTS DRB du lycée de l’Elorn) et les questions furent nombreux durant la fête de la science du 10 au 13 octobre 2015. Le public a également pu découvrir les programmes d’étude du centre Fr. Viète.

Forum des doctorants 2015 : présentation du cabestan (prototype de Poleni) réalisé par les étudiants de BTS du lycée Elorn

AFFICHEAFFICHE

programme forum des doctorants 2015

FORUM DES DOCTORANTS – Mercredi 6 mai – UBO Ségalen

Sujet de la communication 

« Pourquoi Giovanni Poleni (1683-1781) a-t-il participé aux concours lancés par l’Académie royale des sciences ? Genèse et expérimentation des propositions. » Lire la suite

L’exploration linguistique, épistémologique, didactique et numérique des textes patrimoniaux scientifiques du Service Historique de la Défense à Brest : un exemple de médiation culturelle au lycée.

tampon marine« Un bien public à transmettre aux générations futures ». C’est ainsi qu’Antoine Berman définit l’utilité de la traduction[1]. La traduction peut ainsi se concevoir comme une opération tant diachronique que synchronique. Elle représente le miroir, les «  verres colorés » selon la belle expression de Georges Mounin[2] reliant aussi bien le passé au présent que le présent à lui-même quand il s’agit de traductions contemporaines. Cette « translatio studii » (traduction ou transfert du savoir) relève donc d’une véritable médiation non seulement culturelle mais aussi didactique. Lire la suite