L’exploration linguistique, épistémologique, didactique et numérique des textes patrimoniaux scientifiques du Service Historique de la Défense à Brest : un exemple de médiation culturelle au lycée.

tampon marine« Un bien public à transmettre aux générations futures ». C’est ainsi qu’Antoine Berman définit l’utilité de la traduction[1]. La traduction peut ainsi se concevoir comme une opération tant diachronique que synchronique. Elle représente le miroir, les «  verres colorés » selon la belle expression de Georges Mounin[2] reliant aussi bien le passé au présent que le présent à lui-même quand il s’agit de traductions contemporaines. Cette « translatio studii » (traduction ou transfert du savoir) relève donc d’une véritable médiation non seulement culturelle mais aussi didactique.

Nous évoquerons ainsi l’expérience que nous avons menée en lycée dans le cadre de notre enseignement du latin : l’exploration linguistique, épistémologique, didactique et numérique des textes patrimoniaux scientifiques du Service Historique de la Défense (SHD)[3] à Brest.  

Notre problématique repose sur une liaison étroite entre les concepts d’INVESTIGATION et de CREATION qui peuvent inaugurer une nouvelle relation au savoir : les élèves sont invités à choisir des textes latins inédits et à les traduire en classe. En quoi l’opération LIBROS (Latin : Initiation à la Recherche en Bibliothèque sur les Œuvres des Savants) s’appuie-t-elle sur ces deux concepts ? Dans un premier temps, nous présenterons les modalités de cette action puis son intérêt épistémologique (en Histoire des Sciences et Techniques), linguistique, historique et européen. Enfin, nous soulignerons l’intérêt didactique de cette transmission du patrimoine, intérêt qui s’exprime aussi à travers l’entreprise numérique de médiation culturelle du projet LIBROS.

Reportage sur France Inter:

http://poleni.hypotheses.org/files/2014/01/reportage-france-inter.mp3

Cliquez ici pour accéder à l’article en PDF.


[1] Antoine Berman, De la translation à la traduction, « TTR », I, 1, 1er semestre 1988, p.24-25.

[2] Georges Mounin, Les Belles infidèles. Essai sur la traduction, Cahiers du Sud, 1955 ; Presses universitaires de Lille, 1994.

[3]  SHD, 4 du Commandant Malbert 29200 Brest. Site : http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *